Pages Menu
Dilute

Dilute

Symbole : dil

Mutation récessive vis à vis du gêne sauvage

Modification de répartition de l’eumélanine

Les premiers roseicollis dilute viennent du Japon où ils sont apparus en 1953.

On les appelait donc Japanese Yellow ou Japanese ( golden) Cherry.

Cette mutation reste à ce jour encore rare chez les éleveurs en Europe. Ils sont relativement plus dur à faire reproduire.

Description

Dans cette mutation 80 à 90% de l’eumélanine a disparu dans tout le plumage.

Le résultat est un oiseau presque complétement jaune avec parfois des reflets verdâtres.

Mais il n’est pas jaune vif car il reste de l’eumélanine dans les barbes des plumes.
Chez les roseicollis dilute on voit également un croupion coloré plus clair.
Les barbes des plumes du croupion des roseicollis n’ont pas de barbules sur 3 mm en haut des plumes.
Les barbules du reste des plumes du croupion contiennent environ 50 % d’eumélanine par rapport au type sauvage.

Cela explique la couleur plutôt bleu foncé du croupion des roseicollis de type sauvage.
Si la réduction est d’environ 90 %, comme chez les dilutes, la couleur devient bleu pâle.
Le taux d’eumélanine est beaucoup réduit, résultant en une absorption moindre de la lumière du jour et une coloration bleue plus claire.

dilute

Le masque du roseicollis est composé de plumes du type « pride ».
Cependant, la mutation n’affecte pas cette zone et la couleur rouge est préservée.

Les pattes et les doigts ne sont pratiquement pas touchés dans les deux mutations, ils sont comme les rémiges, gris clair.
Il se confond parfois avec un sujet pallid ou PallidIno, mais chez le dilute la couleur des pattes est grise.

En combinaison avec d’autres mutations.

dilute

On peut le combiner avec l’aqua, le turquoise, le masque orange, l’opaline et les facteurs foncés et violet, les autres mutations ne présentant aucun interêt .